Libérer son diaphragme et détendre son plexus solaire pour bien respirer



Notre méconnaissance du grand muscle qu'est le diaphragme

 

Cet article se veut complet et riche en informations. Difficile en deux mots de parler du diaphragme tant la respiration et ses répercussions sur l’organisme sont multiples. Pour beaucoup, nous savons ce qu’est le diaphragme et où il se situe mais cela en reste là. Pourtant bien respirer en libérant son diaphragme est clairement une clé majeure qui ouvre la porte vers le « bien-être ».


le diaphragme, croquis 1908, Common Wikimedia
le diaphragme, croquis 1908, Common Wikimedia

 

 

Une conséquence directe d’un diaphragme bloqué (ou crispé) est qu’il engendre en général une mauvaise respiration que l’on appelle « respiration inversée » (strictement thoracique ou claviculaire). La respiration se fait alors essentiellement par le haut de la poitrine (scapulaire). Une telle respiration est souvent un signe flagrant d’un état de stress. Elle est la source de nombreux problèmes et désagréments comme :

  • une respiration limitée (respiration haute par la poitrine uniquement)
  • un plexus douloureux et une sensation d’oppression souvent accompagnés d’anxiété et d’angoisse.
  • une impression de douleur à l’estomac (boule au ventre)
  • une sensation de boule dans la gorge, de nausée
  • des répercussions sur le dos avec des contractures musculaires et des douleurs au niveau des attaches du diaphragme
  • une émotivité exacerbée
  • des troubles de l’élocution (souffle coupé dont l’origine n’est que respiratoire)
  • de la fatigue chronique
  • des difficultés d’endormissement
  • des réveils nocturnes avec sensation de malaise (angoisse par exemple) ou des crampes.


Les raisons à l'origine d'un diaphragme bloqué et d'un nœud au plexus solaire

 

Notre vie a commencé par une inspiration et elle se terminera par une expiration… Entre-temps, nous aurons sans doute respiré environ 750 millions de fois. On considère le cœur comme le muscle du corps le plus important et on oublie bien souvent cet autre muscle tout aussi vital qui est le diaphragme.

 

Notre respiration, réalisée grâce à l’action de notre diaphragme (contraction-décontraction), est essentielle pour assurer l’approvisionnement en oxygène (O2) et le rejet du dioxyde de carbone (CO2) de notre organisme. Mais notre respiration fait bien plus que cela. Elle participe au bon fonctionnement du système digestif complet, facilite l’élimination des déchets et toxines. Elle agit comme une véritable pompe circulatoire et active de nombreuses fonctions organiques par massage. Une bonne respiration aide aussi à l’équilibre de notre colonne vertébrale et de notre posture en général.

Mouvement du diaphragme
Diaphragmatic_breathing-John Pierce

 

Notre diaphragme est un muscle fin et aplati qui sépare la cage thoracique de l’abdomen. Il laisse toutefois un passage à l’œsophage, à la trachée, aux nerfs, aux artères et veines (dont l’aorte) ainsi qu’aux vaisseaux lymphatiques. On peut donc dire de suite qu’une crispation ou tension du diaphragme peut avoir une incidence directe sur ce transit et le bon fonctionnement de ceux qui empruntent cette voie. C’est le cas, par exemple, avec le système nerveux sympathique qui active l’organisme en cas de stress (élévation de la fréquence cardiaque, du rythme respiratoire, dilatation des pupilles…) ou avec le système nerveux parasympathique qui lui au contraire calme l’organisme (baisse de la fréquence cardiaque, du rythme respiratoire, rétractation des pupilles…) et le ramène à l’équilibre (homéostasie). La respiration est d’ailleurs capable d’agir sur ce dernier et engendrer calme et retour à l’équilibre. Par contre, si la tension est telle et que le système nerveux est « coincé », il peut alors être à l’origine de désagréments comme une augmentation du rythme cardiaque ou une dilatation des pupilles (éblouissement) sans raisons concrètes pour nous. En cas de stress et donc de tension du diaphragme avec compression du système nerveux, l’organisme peut donc avoir du mal à maintenir son équilibre.

 

Mouvement du diaphragme lors de la respiration humaine.

  1. Foie.
  2. Diaphragme à l'inspiration.
  3. Diaphragme à l'expiration.
  4. Cavité pleurale.
  5. Poumon.
  6. Aorte.
  7. Clavicule.
  8. Sternum.
  9. Cœur.
  10. Os xiphoïde.
  11. Estomac.

 


Lorsqu'on éprouve « un nœud » ou une pression au plexus solaire (juste en dessous du sternum), c’est en fait une contraction (tension) maintenue du diaphragme qui en est la cause. En effet, le diaphragme qui est le muscle principal de la respiration a tendance à se contracter sous l’effet du stress. Cette contraction (réflexe) peut aussi être brusque et involontaire et on parle alors de spasme. Le hoquet et la fin de pleurs sont également des spasmes du diaphragme. Ces contractions maintenues ou sous forme de spasmes peuvent avoir plusieurs origines :

  • un stress chronique ou du surmenage
  • un choc émotionnel (les émotions ont un impact direct sur notre respiration)
  • un choc physique tels un coup sur le plexus, une chute sur le dos, un dos "bloqué".
  • une mauvaise posture générale, une mauvaise position de travail ou tenue trop longtemps (assis au bureau ou debout toute la journée)
  • la descente des organes dans l’abdomen (ptôse)
  • le froid
  • une activité physique réalisée en apnée volontaire (squat, lancé de poids…)
  • une insuffisance de tonicité du muscle transverse (muscle profond de l‘abdomen)

Une fois le diaphragme contracté, il s’obstine souvent après à le rester. Ce muscle fin reste crispé et tend à faire durer des émotions désagréables. On rentre dans un cercle vicieux car avoir une tension au niveau du plexus est stressant et le stress renforce la tension. Si l’on n’y prend pas garde ou si l’on ne comprend pas la raison de son mal cela pourrait alors empirer avec crises de panique, insomnies voire dépression.

 

La respiration est le reflet de nos émotions

 

Certains considèrent le diaphragme comme étant le siège des émotions. On lui donne d’ailleurs aussi le nom de « grand muscle de l’émotion ». Avoir le souffle court par exemple, découle d’un état émotionnel. Ce n’est pas la respiration qui change en elle-même mais le corps qui en réponse à ces émotions, se raidit, se durcit et l’esprit, lui, se focalise sur la difficulté. La respiration reflète donc notre état psychologique. Inconsciemment nous bloquons souvent notre respiration (et donc notre diaphragme) lorsque nous sommes concentrés ou face à une situation riche en émotion. C’est comme si nous voulions nous empêcher de ressentir ces émotions qui pourraient nous perturber. Autant nous bloquons notre respiration, autant nous bloquons et gardons nos émotions à l’intérieur. Sachez que libérer son diaphragme peut alors signifier libérer un flot d’émotions enfouies. Ne soyez donc pas surpris si quelques larmes ou rires incontrôlés vous viennent.

 

Le Plexus solaire que l’on appelle aussi « creux de l’estomac » se situe entre la pointe du sternum et le nombril. Dans certaines traditions, on associe le plexus solaire à un centre énergétique qui est lié à la confiance en soi, la motivation mais aussi au pouvoir et à la colère. Réussir à libérer et détendre à nouveau son diaphragme (et son plexus) pour bien respirer, c’est retrouver une aisance respiratoire (fluide et régulière) et une sensation de bien-être profond. Le plexus solaire est aussi un centre nerveux car de nombreux nerfs rayonnent (solaire) de cet endroit et innervent notamment les organes de l’abdomen (système nerveux sympathique).

 

Comment se comporte le diaphragme lors de la respiration ?

Lors de l’inspiration, les fibres musculaires du diaphragme se raccourcissent en se contractant et entrainent le centre du diaphragme vers le bas. Pour cela il faut lutter contre la pression abdominale et pousser le foie, l’estomac et les autres organes vers le bas. Le muscle transverse de l’abdomen (ventre et bas-ventre) se détend. L’abaissement du diaphragme crée une dépression (vide) dans les poumons qui aspire alors l’air extérieur. Lors de l’expiration, les muscles du diaphragme se détendent et s’allongent grâce à la pression abdominale et l’action du muscle transverse qui se retend (abdomen). Les organes de l’abdomen remontent et reprennent leurs places en poussant le centre du diaphragme vers le haut.

 

Mouvement du diaphragme

 

On constate donc qu’à chaque mouvement du diaphragme, les organes sont massés. Ce massage continu de tout le système digestif favorise notamment une bonne digestion et un bon drainage des fluides. D’un point de vu énergétique, la respiration et le mouvement du diaphragme réalisés en pleine conscience permettent l’harmonisation, l’équilibration et l’intensification de notre champ d’énergie.

 


Les multiples conséquences d'un diaphragme bloqué

 

Lorsque le diaphragme reste tendu et se crispe, il a tendance à rester dans sa position basse et à comprimer continuellement les organes de l’abdomen jusqu’au bassin. Il génère alors de multiples tensions dans l’organisme et désagréments souvent sans gravité.

 

Quelles sont les conséquences d’un diaphragme bloqué :

  • une sensation de crispation au niveau du plexus (nœud) éventuellement douloureux qui peut s’étendre jusqu’à la colonne vertébrale. Cette sensation d’oppression est angoissante.
  • une impression de ventre gonflé due à la pression continue dans l’abdomen
  • l’apparition d’un dos vouté (le ventre gonflé fait ployer le dos) ou la modification de la posture. Les attaches du diaphragme notamment sur la colonne vertébrale sont communes à d’autres muscles comme le psoas ou l’iliaque. Une tension du diaphragme a une répercussion globale sur le corps et sur la posture).
  • une respiration plus réduite car le mouvement du diaphragme est plus limité. L’expiration du CO2 est également incomplète.
  • une digestion plus difficile car le diaphragme abaissé exerce une pression continue sur le foie, l’estomac et bien d’autres organes comme le pancréas, les intestins. L’Estomac peut-être douloureux (boule au ventre), le transit intestinal dérèglé (constipation, transit accéléré, douleurs..).
  • l’oppression du cœur avec les perturbations qui peuvent en découler (palpitation, sensation de malaise cardiaque, sensation augmentée de battement du cœur, accélération du rythme…) et bien entendu les stress que ces malaises engendrent.
  • un mauvais retour veineux notamment au niveau des jambes. Le mouvement de va-et-vient du diaphragme ainsi que la pression exercée sur l’abdomen favorisent la circulation du sang (expulsion vers le cœur et aspiration par le foie). Le mouvement de compression et de décompression du foie assiste celui-ci dans son fonctionnement qui est notamment d’épurer le sang.
  • une hernie hiatale (déplacement de l’estomac par pression continue du diaphragme) avec de possibles remontées acides dans l’œsophage.
  • un dérèglement du système neurovégétatif (système de régulation de la digestion, de la respiration, de la circulation artérielle, sécrétion des hormones…)
  • des soucis au niveau du périnée (muscle) avec notamment ce que l’on appelle un périnée faible et ses conséquences (incontinence, difficulté à vider sa vessie, descente des organes, constipation, dysfonctionnement sexuel, douleurs pelviennes ou vaginales…)

Comment retrouver un mouvement ample du diaphragme ?

 

Avant toute chose, au début, ne changez rien et observez ! Prêtez simplement attention et prenez conscience de la manière dont vous respirez au quotidien. Cette première étape est très importante. Votre ventre se gonfle-t-il ? Quelle est la durée de votre souffle ? Avez-vous l’impression d’être coincé dans un carcan ? Faites ensuite quelques expirations profondes et longues plusieurs fois dans la journée pour débloquer le diaphragme, relâcher les muscles et libérez les tensions. Observez également l’expiration naturelle qui suit l’inspiration. Au début, gonflez votre ventre à l’inspiration en exagérant un peu. Observer sa respiration, c’est observer sa météo intérieure.

 

Pour beaucoup, il faut « réapprendre » à respirer par le ventre comme le font naturellement les bébés ou les animaux. Le terme réapprendre n’est sans doute pas approprier. Il faudrait sans doute plutôt dire « libérer » sa respiration. En effet, si notre respiration est incorrecte c’est surtout parce qu’elle est entravée, empêchée, déformée et que notre diaphragme n’est pas libre de se mouvoir comme il devrait. Le but est donc plus de libérer, dégager, assouplir, détendre ou tonifier les muscles de notre thorax et de notre abdomen plutôt que rééduquer notre respiration. Ces exercices ont pour but de faire en sorte que la respiration naturelle reprenne sa place d’elle-même.


 

A l’inspiration, laissez le ventre se détendre et se gonfler. A l’expiration, creusez le ventre en rentrant le nombril vers l’intérieur. Retrouver une telle respiration peut changer la vie et relaxer son diaphragme permet de mieux maîtriser le stress. De nombreuses cultures considèrent la respiration abdominale profonde comme un outil puissant déstressant et permettant de rétablir les flux biologiques (chaleur, sang, lymphe…) et énergétiques.

 

Rien de mieux qu’une image pour bien comprendre ce qu’est bien respirer ! Imaginez que votre corps soit une bouteille. Le remplissage se fait d’abord par le fond (ventre), puis vient le milieu (la poitrine) et finit en haut (clavicule, sous les épaules). Pour la vidange, c’est le contraire. On vide en commençant par le haut (clavicule, sous les épaules), ensuite le milieu (la poitrine) tout en finissant par le bas (ventre). Il y a donc 3 niveaux à l’inspiration et 3 niveaux à l’expiration.

 

Respirer consciemment permet de régulariser naturellement sa respiration !

 

Concentrez-vous 1 minute sur votre respiration et vous prendrez conscience d’un premier miracle de la Nature. Le simple fait de prêter attention à sa respiration provoque naturellement une modification de celle-ci. Au bout de 1 minute, elle se ralentira, s’allongera pour devenir plus ample, plus fluide et régulière. Votre mental s’apaise. Il en va de même si vous avez mal quelque part. Concentrez-vous sur votre respiration et la douleur s’atténuera. Se concentrer sur sa respiration permet de lâcher-prise et de se focaliser sur le moment présent. C’est un moment où le corps et l’esprit ne font plus qu’un.

 

Coup de coeur ! N'hésitez pas à aller faire un tour sur le site de Loris.

Vous y trouverez des articles étonnants sur la respiration !  

www.lorisvitry.com/comment-debloquer-son-diaphragme-rapidement/

Sources : d'après

www.stageyoga.com

www.naturemania.Com

www.esthesia.over-blog.com

www.prevention-sante.eu

www.delphinebourdet.com

www.zentonik.fr

www.gymnastique-posturale.fr

www.carevox.fr

 


N'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

 

Commentaires: 47
  • #47

    michel (mercredi, 13 novembre 2019 23:18)

    je suis découragé mon diaphragme est paralysé et ,on cœur ne supporterait pas l opération, votre rubrique me donne des espoirs
    merci
    michel_lebel@ymail.com

  • #46

    Réponse de Devenir-Zen à Antoine (mercredi, 04 septembre 2019 09:21)

    Bonjour Antoine,
    Cet ebook sur la respiration intermittente n'a rien à voir avec le site Devenir-Zen.fr hormis un lien vers le site de Loris Vitry qui en est l'auteur. Il y a des infos pertinentes sur son site (d'où le lien) mais si vous voulez en savoir plus il faudra ouvrir le porte-monnaie car les e-books et formation sont payants.

  • #45

    Réponse de Devenir-Zen à Enes (mardi, 03 septembre 2019 17:42)

    Bonjour Enes. Il faut peut-être faire votre musculation différemment en prenant garde de bien respirer et d'éviter les blocages répétées à l'inspiration. Personnellement, je ne suis pas sûr que bloquer la respiration à l'inspiration (trop souvent) soit une bonne chose (stressant pour le corps). Vous pouvez aussi éviter les abdos quelques temps et faire des exercices différents. Essayez le contraire, coucher sur le ventre et décollez votre buste du sol aussi longtemps que vous le pouvez (coincez vos pieds sous un meuble). Bref, faites des exercices qui ouvrent la cage thoracique (les abdos c'est plutôt le contraire !).
    Je vous conseille d'acheter une swissball et de vous coucher dessus sur le dos pour l'arrondir tranquillement. Ne forcer pas, laisser le temps à votre corps pour se détendre et surtout respirer bien et amplement pendant quelques minutes. Amenez doucement vos mains derrière la tête aussi loin que vous le pouvez. Faire cela quelques minutes par jour pour voir si amélioration. Vous pouvez aussi faire cet exercice sur votre lit avec des coussins (voir la réponse à Adeline).


  • #44

    Enes (vendredi, 30 août 2019 21:38)

    Bonjour

    J'ai la respiration complétement bloquer depuis plus 3 ans maintenant , aujourd'hui j'en peut plus de cette respiration limité.. ça a commencer après ma séance de musculation ,j'avait vraiment forcer ce jour au niveau des abdos.. Je suis bloqué au niveau du diaphragme d'après mon médecin. Lui même ne sais pas comment le débloqué .J'ai fait pas mal de recherche sur internet et j'ai fait beaucoup d'exercices mais rien ne change.. je suis vraiment perdu j'ai vraiment envie de respiré normalement .
    Aidez moi s'ils vous plait...

  • #43

    Antoine (mercredi, 21 août 2019 08:01)

    Bonjour,
    Il n’est pas possible De telecharger votre ebook (La Respiration Intermittente ebook + vidéo) pour apprendre a mieux respirer 24/24 et 7/7.
    Je voudrai vraiment faire des exercices pour détendre mon diaphragme que je sens completement bloqué.
    Avez vous une solution pour que je puisse me procurer ces videos?
    Merci!

  • #42

    Réponse de Devenir-Zen à Cendrine (dimanche, 21 juillet 2019 23:49)

    Bonjour Cendrine,
    Bloquer la respiration est un réflexe lorsque l'on focalise son attention. Bloquer la respiration n'est pas un problème en soi à condition que l'apnée se fasse après une expiration et surtout pas après l'inspiration. En effet, bloquer la respiration après l'inspiration stimule le système nerveux sympathique (tension, contraction...) alors que si c'est juste après une expiration, c'est le système nerveux parasympathique qui est stimulé (détente, relaxation). Donc, si possible, bloquez votre respiration après l'expiration si c'est indispensable pour votre travail.
    Encore mieux, apprenez à respirer silencieusement comme savent le faire les yogis ! Exercez-vous à respirer lentement, très lentement au point de ne plus entendre le moindre souffle. En plus, cela vous détendra !

  • #41

    Laura (dimanche, 21 juillet 2019)

    Bonjours, j'ai 17 ans. Je suis quelqu'un de stressé. Du moins mes amis me le font remarquer. Ça fait maintenant un an que régulièrement tous les mois j'ai très mal au plexus solaire ou au diaphragme (je crois que c'est les deux). J'en peux plus, je pleure, j'ai du mal à respirer, à boire et à manger et j'ai un très mauvais transite intestinale ( constipation). Quand je m'allonge ou je me lève la douleur est encore plus intense. J'ai essayé la respiration du ventre mais impossible de ne plus avoir mal. Je suis aussi allée voir plusieurs kinésithérapeute pour qu'il me débloque mais j'ai toujours aussi mal. Connaissez-vous une autre méthode pour que je ne puisse plus avoir mal ?
    Je vous remercie d'avoir lu mon message en espérant que vous aurez la gentillesse de me répondre.

  • #40

    Mg (jeudi, 09 mai 2019 13:50)

    Pratiquer serieusement la méditation de pleine conscience aide beaucoup aussi !

  • #39

    Cendrine (mercredi, 17 avril 2019 01:32)

    Bonjour
    Depuis quelques années j’ai le diaphragme très tendu et beaucoup de douleurs au niveau estomac, avec brûlures dans œsophage également.
    J’ai une scoliose au même niveau mais je pense que mes douleurs viennent essentiellement du diaphragme très tendu. Une des causes principales Vient du fait que je suis très souvent en apnée totale d’erreur mon ordinateur, je travaille dans la postsynchronisation de voix pour des films et je m’arrête inconsciemment de respirer pour mieux entendre les voix et cela d3s zaine de fois par jour. Mais c’est devenu automatique depuis quelques années et je souffre beaucoup de ce côté là.
    Comment retrouver une respiration libre et ne plus être en apnée constamment?
    Merci à vous

  • #38

    Gaelle (lundi, 01 avril 2019 10:35)

    Super. J'ai fait cette technique plusieurs fois et je revis ! Plus de respiration bloquée où hachee.....Je me sens beaucoup plus détendue et la boule au ventre que j'avais en permanence à disparu ��

  • #37

    Réponse de Devenir-Zen à Adeline (suite) (mardi, 05 février 2019 22:06)

    Quelques pistes pour soulager le plexus solaire.
    Il s'agit d'un conseil alternatif et en aucun cas d'un avis médical.
    -Appliquez de l'huile essentielle de Lavande Officinale sur le plexus (2-3 gouttes d'huile et 2-3 gouttes d'huile végétale) le soir au coucher. Si en plus votre est corps tendu, vous vous sentez en tension, appliquez également de l'huile essentielle sur la plante des pieds et les poignets.
    -Enroulez des coussins et posez les l'un sur l'autre sur votre lit. Couchez vous sur le dos et placer votre dos (juste en dessous des omoplates) sur le monticule de coussins. Mains derrière la tête, détendez vous et cabrez votre dos sur les coussins. Lâchez votre tête et essayez d'éloigner vos mains pour vous étirez. Allez y en douceur et ne forcez pas s'il y a douleur. Il est possible que cela "craque" légèrement. Restez ainsi 2-3 minutes en respirant profondément. Idéalement achetez un rouleau de gym pas trop mou d'une quinzaine de cm de diamètre et un tapis de sol ! Cet exercice est inspiré de la technique du Dr Alexander Lowen. Personnellement, je trouve que cet exercice "libère".

  • #36

    Réponse de Devenir-Zen à Adeline (mardi, 05 février 2019 10:55)

    Bonjour Adeline,
    A la lecture de votre message, vous semblez plutôt triste et un peu désemparée face à votre vie. Pourtant, même si vous semblez y voir de la souffrance et des échecs, vous pouvez être fière du chemin parcouru. Le plexus solaire est visiblement votre soucis. Sachez que vous n'êtes pas seule car il correspond à Manipura le 3ème chakra et la plupart d'entre nous sont bloqués à ce niveau et en souffrent (pour ne pas dire la majorité). En lisant votre message, un mot me venait régulièrement à l'esprit et il s'agit de la confiance en soi, en la vie. Et cela correspond bien à Manipura. Son symbole est le bélier et il évoque bien l'énergie que ce centre d'énergie cherche à nous insuffler : combativité, courage, allant, exaltation. Cette énergie a pour but de permettre l'affirmation de soi, de digérer nos expériences et faire le tri pour avancer à nouveau, de nous concentrer et réfléchir à la réalisation de nos aspirations. Il est vrai qu'aujourd'hui, nous sommes beaucoup jugés sur nos réalisations plus que sur notre personnalité. Nous vivons sous pression et nous nous sentons dans l'obligation de faire de grandes choses. Cela stresse et Manipura a tendance à concentrer ce stress qui reste bloqué au niveau du plexus solaire. Idéalement cette énergie devrait monter vers le chakra du coeur mais bien souvent nous ne sommes pas prêt à faire monter cette énergie (pas assez harmonieuse) vers notre chakra du coeur qui aussi peut ne pas être assez ouvert. Souvent, ce qui empêche Manipura d'être ouvert et harmonieux, c'est la honte. Honte de soi et honte face aux autres qui empêchent toute confiance en soi et volonté d'avancer. La honte nous enlève notre "pouvoir personnel" que nous confère Manipura et nous rend impuissant. Ouvrir son chakra du coeur nécessite de faire le saut, le "grand saut". Faire et réaliser des choses (affirmation de soi et exercer son pouvoir) avec confiance sans peur de l'avis des autres. Donner et recevoir sans conditions pour pouvoir enfin participer au rythme du monde, partager. Votre envie d'enseigner démontre peut-être ce besoin de donner enfin après une longue période passive à recevoir. Peut-être ne vous sentez-vous pas légitime de donner, pas assez bien (honte) ? C'est ce quatrième chakra, celui du coeur qui harmonieux apporte joie de vivre, joie d'être en vie. Pour cela, il faut briser les barrières qui vous empêchent de vivre dans le monde et y participer. Aimer les autres et surtout vous aimer vous-même (on ne peut pas avoir confiance en soi si l'on ne s'aime pas).
    Vous parlez de la respiration et de votre plexus solaire qui vous stressent. Les peurs liées à la respiration sont symboliquement liées à la peur de mourir. Ou plutôt devrait-on dire la peur de vivre ! La vie ne tient qu'à notre respiration. Si elle s'arrête, tout s'arrête. La respiration nous relie au temps présent, à la vie. Lorsque vos peurs surviennent en pensant à votre respiration, acceptez les, laissez les s'exprimer, ne luttez pas (facile à dire).
    Votre parcours est étonnant et peut-être n'y voyez vous que de la faiblesse. Pourtant, les souffrances endurées et les échecs vous ont sans doute apporté des leçons de vie, vous ont fait progresser. Ce que vous considérez comme des échecs ne sont peut-être que des apprentissages nécessaires à ce que vous devez réellement devenir. L'Univers conspire à réaliser nos rêves et nous fait prendre de "drôles" de chemins dont on ne comprend souvent la raison que plus tard. Enseigner est peut-être votre raison de vivre, votre mission. Relisez votre message et notez ce que la vie vous a appris. Plein de choses à ne pas en douter. Plein de choses à partager maintenant. Je vous souhaite de trouvez la confiance en vous et le courage du bélier. Lancez-vous et faites le grand saut. Il est temps de prendre le pouvoir. Acceptez tout ce que la vie vous offre en bon ou mauvais. Il n'y a rien de bon ou de mauvais, il n'y a que des apprentissages pour nous faire évoluer, grandir afin que nous soyons prêt le moment venu.

  • #35

    Adeline (jeudi, 31 janvier 2019 17:42)

    Bonjour,
    Je viens de lire votre article avec beaucoup d’intéret.
    J’ai énormément de problème avec mon plexus solaire, il est tout le temps noué. Pourtant, j’ai suivi une rééducation Feldenkrais en séances particulières pendant un an et demi avec une personne vraiment très très bien. Donc je sais parfaitement comment bien respirer. De plus, comme j’ai eu une très grosse dépression, je pratique la méditation depuis un an et demi. ( et suis suivie psychologiquement).
    Malheureusement, je n’ar Pas à m’en sortir.
    Cela a commencé à l’ adolescence ( j’ai 47 ans!) et tout s’es Amplifié quand je suis entrée au conservatoire en classe de chant. J’av fait 10 années de danse classique donc j’avais plutôt une respiration de gainage, et mon professeur n’ pas été capable de m’expliquer comment respirer. S’ en sont suivi nodules, échecs, séances catastrophiques chez des orthophonistes... j’ai suivi une très bonne rééducation pour résorber mes nodules ( un an sans chanter) puis cette méthode Feldenkrais. Cela a changé énormément de choses, j’ai enfin pu rechanter, libérer ma voix ; mais j’ai perdu trop de temps et n’ ai pas pu obtenir mon diplôme de conservatoire car il y a un âge limite. Donc pas de carrière non plus. Mais j’ai découvert l’enseignement et cela me plaît énormément. Mais, j’ai toujours cette petite angoisse quand j’en Parler de respiration, toutes mes peurs réapparaîssent. Même avec la méditation où pourtant personne ne me juge. En fait, je ne supporte pas de penser à mon plexus solaire, il se noue immédiatement.
    Ma question est la suivante : à quoi le plexus solaire correspond il psychologiquement ? Pourquoi je n’arrIve pas à m’affranchir de ce mal être ?
    Voilà, si vous pouviez m’app ne serait ce qu’un début d’explication ou d’hypothèses, je serais très heureuse !
    PS: effectivement, depuis que j’ai repris la danse il y a deux ans, je me suis aperçue à quel point mon bas ventre était mou et n’avait aucun muscles. Est-ce que cela peut jouer aussi ?
    En vous remerciant, Adeline

  • #34

    Réponse de Devenir-Zen à laguna (mardi, 29 janvier 2019 17:17)

    Bonjour,
    Je n'avais jamais entendu parler d'éventration avant votre message. J'imagine que cela ne doit pas être facile à vivre.
    A l'inspiration, le muscle du diaphragme se contracte et il descend tout en compressant les organes de l'abdomen (du bas). A l'expiration, le diaphragme se décontracte et c'est la pression dans l'abdomen (générée lors de l'inspiration) qui le fait remonter. Les organes remontent et reviennent à leurs places. C'est un peu simplifié car en réalité il y a aussi certains muscles du bassin qui participent ainsi que la vidange de l'air dans les poumons (en légère surpression) qui crée un effet de vide et aspire le diaphragme vers le haut.
    Dans votre cas, on peut supposer que vos organes (intestins) seront moins comprimés lors de l'inspiration car il y a éventration (le ventre distendu laisse plus de place). Dans ce cas, le diaphragme ne remonterait sans doute pas totalement (peu de pression générée dans l'abdomen) et les organes ne remontent sans doute pas totalement. Cela d'autant plus si votre diaphragme est tendu (stress). Arrivez vous à expirer pleinement ? Je vous propose donc de travailler votre respiration en forçant l'expiration, faire une courte pause en apnée et cherchez à ressentir le vide dans vos poumons. Contractez votre pubis (périnée) pour essayer de faire remonter vos organes et poussez ainsi votre diaphragme vers le haut. Posez vos mains sur votre ventre et appliquez une légère pression lors de l'exercice. Testez et vérifiez si vous gagnez en amplitude. Il s'agit d'un conseil d'ami et en aucun cas d'un point de vue médical...
    A noter que l'éventration peut se traiter et que la pose d'une prothèse ou filet permet de recréer les tissus lésés. Cette opération serait assez courante et les prothèses très bien tolérées. Mais peut-être redoutez vous une nouvelle opération !

  • #33

    laguna (samedi, 26 janvier 2019 18:13)

    très bel article. Merci à vous
    Mon cas personnel : opéré suite un anévrisme abdominal,j'ai été mal"recousu" et ai eu très rapidement une éventration inopérable...d'où un ventre très gonflé (enceint de 6 mois au moins!) et des difficultés respiratoires probablement dues en partie au fait que le diaphragme ne peut pleinement jouer son rôle .. Avez-vous des suggestions pour améliorer la respiration dans mon cas?

  • #32

    Camus (vendredi, 07 décembre 2018 12:35)

    Bonjour,
    J'ai lu votre article avec beaucoup d'intérêt car, très intéressant et clair.

    Je pratique dans une discipline en complément de Santé «Magnétisme » et je pourrai conseiller votre article à mes patients...
    Avec mes remerciements.
    Cordialement.
    Dominique Camus.

  • #31

    Réponse de Devenir-Zen à Monique (lundi, 03 décembre 2018 11:59)

    Bonjour Monique. Je ne suis pas un spécialiste du diaphragme mais m'y intéresse. Je ne sais pas quelle est l'origine de votre mal et cela fait 20 ans que vous souffrez sans véritable solution. Aller voir le kiné est une bonne chose mais peut-être faudrait-il prendre les choses en main. Aucun professionnel n'a pu vous donner d'explication plus claire sur votre état ? Avez-vous eu l'occasion de tester d'autres méthodes, d'autres thérapies (Médecine chinoise, ostéopathie, phytothérapie...)? Avez-vous lu l'article du site sur les bienfaits du magnésium (indispensable à la relaxation musculaire) ? Souvent pour guérir d'un mal, il n'existe pas de solution unique mais plutôt une multitude de petites actions qui ensemble se renforcent. Il est clair que le stress à une influence sur le diaphragme (et les muscles en général). Commencer par réduire votre niveau de stress et bien respirer sont sans doute les premières actions à entreprendre et ainsi rompre ce cercle vicieux (stress-tension musculaire-stress). Votre état physique est effectivement générateur de stress et inversement. C'est pourquoi un diaphragme bloqué à tendance à le rester. Toutefois, je pense qu'il est tout de même possible de détendre son diaphragme soi-même. Cela demande peut-être un peu plus de patience et de persévérance mais redonne aussi de la confiance en soi.
    En ce qui concerne la question sur le périnée, la respiration part du bas du pubis jusqu'aux clavicules. Si vous respirez calmement et pleinement, vous devriez être capable de sentir autant le pubis bouger que les clavicules. Contracter le périnée (à l'expiration) est un plus qui permet de sentir et augmenter son amplitude de respiration tout en relaxant certaines parties du corps (on contracte pour mieux sentir la relaxation ensuite). Mais dans votre cas, apprenez simplement déjà à respirer tranquillement et profondément, à vous détendre quoi. Bon courage pour la suite.

  • #30

    Monique (lundi, 19 novembre 2018 13:09)

    Bonjour
    j'ai des douleurs terrible au dos depuis 20 ans. je vais toutes les semaines chez le kiné qui me masse, je ressors détendu, mais les muscles se retendent dès que je fais un geste avec un peu de force (ouvrir une porte avec un groom par exemple). Je suis d'un tempérament stressé. Est ce que le diaphragme peut se recontracter, lors d'un geste nécessitant un peu de force, et resté contracté jusqu'à intervention d'un kiné ? mais ne peut pas se re décontracté seul ?
    autres questions : j'ai compris qu'il fallait respirer par l'abdomen en lisant votre site, mais que faire du périnée (le contracter uniquement à l'expiration ?)

  • #29

    Réponse de Devenir-Zen à Françoise (mercredi, 07 novembre 2018 20:25)

    Bonjour,
    Je ne suis pas spécialiste de la phonation ni du chant. Par ailleurs, je ne sais pas quel âge vous avez car le temps qui passe a un impact sur notre voix. Je ne m'avancerai pas non plus à vous dire que la respiration à un lien sur l'audition. L'âge, oui ! En ce qui concerne une bonne respiration, elle aura sans doute plus d'impact sur le souffle et la puissance du chant que sur la hauteur de la voix. Le fait que la tête vous tourne lorsque vous chantez ne viendrait-il pas du fait que vous forciez ? Vous voulez chanter sur un registre qui ne vous correspond pas (ou plus). Il serait peut-être intéressant d'essayer de chanter avec plus de douceur et de détente en veillant à décontracter la gorge (et le larynx). Le larynx (autant que les cordes vocales) à une influence sur la tessiture de la voix. Pour terminer, arriver à un certain âge, la voix change en raison d'une chute des hormones. Les hommes ont une voix qui devient plus aiguë et les femmes plus grave. Le chant et sa pratique aide d'ailleurs à maintenir sa voix et sa puissance. Pour certains la voix change peu et pour d'autres beaucoup (comme à la puberté). Peut-être êtes vous dans le second cas (désolé). Que pensez du fait d'aller voir éventuellement un endocrinologue ? Posez peut-être aussi votre question sur un site ou un forum lié au chant.

  • #28

    Francoise (dimanche, 04 novembre 2018 16:10)

    Bonjour, merci pour ces explications/exercices qui vont peut-etre m'aider a retrouver ma voix qui depuis quelques annees baisse de plus en plus et ne peux que chanter dans les graves (alors que j'ai une voix de soprano) et encore, si je ne suis pas assise, chanter me fait tourner la tete. Le medecin m'a fait faire des examens, verifier mes cordes vocales, etc. Rien d'anormal...
    La est certainement la cle... Sans aucun doute les annees de stress en sont la cause ainsi que mon acouphene.
    Pensez-vous qu'une mauvaise respiration pourrait aussi avoir un impact sur l'audition ?

  • #27

    Beatrice (vendredi, 26 octobre 2018 17:23)

    Bonjour', votre article est très bien. J'ai appris des choses et me suis reconnue..
    Je ne respire pas correctement.
    Merci je vais essayer de changer pour guérir tous mes petits maux.

  • #26

    harach (mercredi, 03 octobre 2018 00:31)

    Merci bcp après une quinzaine de consultations multiples examen y compris radio du poumon plusieurs pIse de sang qu'on rien donné j'ai peut être en fin eu les réponses convaincante à mes questions grâce à vous

  • #25

    MAMAN Elisabeth (samedi, 15 septembre 2018 14:20)

    C est exactement ce que j ai toujours voulu comprendre sur le diaphragme et la respiration
    Merci

  • #24

    Nicolas C (jeudi, 30 août 2018 18:17)

    Bravo et merci pour cet excellent article. Ça va m aider au quotidien.

  • #23

    Thierry C (mardi, 28 août 2018 15:33)

    Merci beaucoup pour cette article simple, clair et utile.
    Le yoga est sans doute une alternative à certains de ces soucis.

  • #22

    Bénédicte (jeudi, 23 août 2018 10:43)

    Merci beaucoup pour cet excellent article qui m'a aidé à comprendre l'origine de mes malaises qui sont très stressants. Je me mets dès aujourd'hui à la respiration abdominale !

  • #21

    Fabienne C. (lundi, 20 août 2018 06:47)

    Très bon article. Ça m’aide à relativiser l’angoisse liée à ma faible amplitude respiratoire. Merci

  • #20

    Mado (mercredi, 01 août 2018 16:19)

    Que ça fait du bien ces exercices, vraiment avoir une respiration bloquée c'est comme vivre sans vivre , merci infiniment pour cet article.

  • #19

    Amel (samedi, 14 juillet 2018 20:27)

    Bonne article très détaillé, mais juste une chose, la respiration doit être fait par le thorax et non pas le ventre. Car c'est ainsi que l'on étire le diaphragme et que l'on défait le noeud. Si je peux proposer un exercice à ceux qui en ont besoin, le voici :

    Il consiste à se coucher au sol, préférablement sur un tapis de yoga par exemple, il ne faut aucune espace entre le sol et le dos, les genoux sont pliés et les pieds bien au sol, les bras sont étendus de leur long à environs 45° pour commencer et à chaque 3-4min les remonter jusqu'à pouvoir les rendre au-dessus de sa tête, ensuite l'exercice est simple, c'est d'inspirer au maximum par le thorax et puis d'expirer. À faire plusieurs fois.

  • #18

    Aless (jeudi, 07 juin 2018 13:32)

    Très bon article complet et simple sur le fonctionnement du diaphragme.

    Merci à vous. Cela m'a bien aidée à relativiser mes douleurs.

  • #17

    Claudine D (dimanche, 03 juin 2018 02:54)

    J ai lu avec bcp d interet cet article qui m aide a l instant T. Les explications sont tres bien faites et apportent des bienfaits immediats. Je continuerai. Merci

  • #16

    amoureux marseille (jeudi, 31 mai 2018)

    merci pour ces explications rassurantes et utiles.

  • #15

    Lutine35 (dimanche, 22 avril 2018 09:41)

    Merci beaucoup pour cet aryicle formidablement bien expliqué. Facile d'approche et Ô combien salvateur.

  • #14

    Ananda (lundi, 16 avril 2018 23:49)

    Merci,je vais essayer ça.

  • #13

    Steph (mardi, 20 mars 2018 08:39)

    Bonjour
    Merci pour votre article, j’ai régulièrement des problèmes de diaphragme qui se declenchent soit après une séance de sport assez intensive type vélo elliptique ou aquabike et en général la nuit qui suit est assez catastrophique... inspiration bloquée, mal dans tout le dos à trop forcer, manque de sommeil.
    J’ai pu constater que le stress était également un déclencheur.
    La pratique du yoga m’à beaucoup aidée mais quand ces crises arrivent, elles sont difficiles à maîtriser.
    Je vais donc me concentrer sur mes postures pendant l’effort et mes étirement et effectuer les exercices de respirations abdominales comme vous le conseillez
    Merci

  • #12

    Bruno Spasmo (vendredi, 02 mars 2018 20:37)

    Merci infiniment pour cet article qui m'a beaucoup détendu en mettant la lumière sur ce que beaucoup de médecins ignorent : il explique ni plus ni moins ce qu'est la spasmophilie. Dans mon cas elle survient systématiquement (et pour s'installer longtemps) dès que j'arrête le sport. Le seul remède à la spasmophilie est le sport. J'ajoute que ce phénomène s'accompagne souvent d'un très léger asthme (détecté uniquement par test de réversibilité à la ventoline lors d'une efr). Il est aussi très souvent accompagné d'une hernie hiatale : merci de nous avoir éclairé sur le fait que la hernie est une conséquence de la mauvaise respiration et non l'inverse (en fait c'est évidemment un cercle). Le nœud du problème est de retrouver, selon moi, une bonne respiration grace au sport, en mincissant et à l'arrêt de tabac. Merci encore pour cet article infiniment instructif et apaisant.

  • #11

    Réponde de Devenir-Zen à Lyne (jeudi, 08 février 2018 20:02)

    Est ce que la respiration se fait par la bouche ou par le nez ? Inspirer par le nez permet de filtrer et réchauffer l'air avant qu'il ne gagne les poumons. De plus, la sensation de l'air rentrant est plus intense par le nez si l'on se concentre dessus. Expirer par la bouche permet de ralentir plus facilement la sortie de l'air et ainsi rallonger l'expiration. Expirez comme pour souffler sur une bougie en faisant le moins de bruit possible. Pour ma part, je fais comme ça vient. Je préfère souvent la respiration juste par le nez qui me semble plus naturelle (sauf quand on a le nez bouché!). De plus pour ceux qui s'intéresse à l'énergétique, cela permet de maintenir fermé le circuit énergétique (grande circulation). L'énergie monte le long de la colonne vertébrale, passe sur le haut du crâne et redescend jusqu'au palais sous le nez (Inspiration). Puis passe par la langue (collée au palais) et redescend par la poitrine et le ventre jusqu'au périnée (Expiration). Et le cycle recommence. Donc en expirant éventuellement la bouche ouverte se serait bien de maintenir la langue sur le haut du palais (pas forcément évident au début).

  • #10

    Lyne Gagné (vendredi, 02 février 2018 16:41)

    bonjour et merci
    ma psysio ma dit que mon diaphragme est bloqué
    je suis allé la voir a cause de grosse palpitation j'en ai eu peur de mourir dimanche dans la nuit
    j'avais aussi la d3 d4 d5 enflé
    je me demandais la respiration se fait par le nez ou la bouche svp
    et merci pour cet article qui éclair beaucoup sur mon probleme d’angoisse xox ♥

  • #9

    Réponse de Devenir-Zen à damien (lundi, 11 décembre 2017 20:34)

    Bonjour Damien,
    Si cela fait vraiment mal n'hésitez pas à aller voir votre médecin ! Le site devenir-zen apporte des pistes, des idées, des expériences. Dans votre cas, il est difficile de savoir pourquoi votre respiration est bloquée. Stress, émotion forte, surmenage, fatigue, déprime ? Ou alors, si comme moi vous êtes plié devant votre ordinateur une bonne partie de la journée, pas étonnant ! Peut-être avez-vous le dos bloqué, contracté ! Commencez peut-être par des choses simples ! Bien dormir, bien manger (varié et frais) et se bouger. J'apprécie particulièrement le Tai Chi Qi Gong Shibashi (voir la rubrique arts corporels). Cette série d'exercices favorise particulièrement l'ouverture de la face avant (antérieure) du corps. Notre société moderne souvent repliée sur elle même (physiquement et psychologiquement) en profiterait sans doute. Si vous avez l'impression de mal respirer, posez-vous la question "qu'est ce qui m'empêche de respirer ?" "qu'est ce que je ne peux pas sentir ?". Lisez le commentaire de devenir-zen à Nicole (respiration et détente du diaphragme). Et surtout, allez vous balader dans la nature ou le parc du coin et prenez (à nouveau) le temps de respirer.

  • #8

    Réponse de Devenir-Zen à Giraud Nicole (lundi, 11 décembre 2017 19:24)

    Bonjour,
    Effectivement, voilà une bonne méthode pour relaxer son diaphragme. Inspirez pendant 3 secondes, bloquez 3 secondes, expirez 5 secondes (videz jusqu'au bas-ventre), bloquez 3 secondes et c'est reparti. Inspiration bloquée = diaphragme maintenu en position basse maxi. Expiration bloquée = diaphragme maintenu en position haute maxi. Cet exercice détend le diaphragme mais pas que... Faire cet exercice 1 minute a un effet apaisant global avec une sensation de détente (surprenante des fois). Les temps donnés en seconde sont les miens. Plus le temps d'expiration est rallongé plus l'effet est relaxant.

  • #7

    Giraud Nicole (dimanche, 10 décembre 2017 08:16)

    Une fois l'inspiration faite faut-il bloquer sa respiration avant d expirer par le ventre ?
    Merci

  • #6

    Damien (mardi, 28 novembre 2017 17:13)

    Bonjour et merci pour cet article très clair. Depuis 1 mois, je ressent mon diaphragme bloqué avec une gène pour me tenir droit. Tout cela me stress énormément... Auriez vous une solution ?
    Merci d'avance

  • #5

    Hicham (mardi, 10 octobre 2017 18:48)

    Moi j'ai essayé de trouver ma propre méthode pour lutter contre le stress. Ce n'est pas encore sûr mais c'est une méthode qui repose sur l'imagination. J'essaye d'imaginer que mon âme se trouve dans mes poumons autrement dit j'imagine que moi c'est simplement mes poumons . et j'ai trouver que cette méthode stabilise le diaphragme et réduit le battement du coeur

  • #4

    François (dimanche, 08 octobre 2017 23:58)

    Bonjour, Merci beaucoup pour ces informations très pédagogiques, claires, je viens d'apprendre le rôle essentiel du diaphragme, ce que je ne soupçonnais pas du tout. Je viens de débuter la respiration abdominale comme vous le proposez, je ressens déjà les effets. Merci très sincèrement.

  • #3

    claire (samedi, 07 octobre 2017 01:33)

    Merci pour cet article qui me rassure sur certains points.. j'ai malheureusement tous les symptomes que vous dites, oppression thoracique, angoisse, douleurs articulaires.. et seulement 25 ans!!
    l'Angoisse gache la vie.......j'espere vraiment me sortir de cette impasse grace a vos techniques, entre autres!

  • #2

    Viviane (jeudi, 24 août 2017 14:52)

    Je commence à peine à essayer de respirer correctement en faisant vos exercices. Depuis des mois je suis complètement bloquée depuis le plexus solaire en passant par les intestins et le dos. Je ne désespère pas d'y arriver. Je masse également le plexus solaire avec de l'huile essentielle de camomille romaine lorsque celui-ci me fait mal. Je suis une éternelle stressée et angoissée...

  • #1

    vinc (samedi, 05 août 2017 21:40)

    j'ai été pris de grosses douleurs et ces exercices de respiration m'on fait un bien fou merci beaucoup :)