Bien dans son corps, bien dans sa tête !

Rubrique Arts corporels



Francois de Dijon

Enlever son armure.

Au fil du temps, nous nous construisons une armure pour nous protéger des agressions de la vie. On n’a pas « digéré » la violence, le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison, l’injustice que nous avons pu vivre dans le passé. Ces tensions s’impriment dans notre corps et il finit par devenir tendu, rigide, lourd, encombrant puis finalement douloureux voire malade. Notre posture se voûte, s’affaisse, se déséquilibre, se déracine… Nous sommes protégés dans notre cuirasse mais nous perdons nos sensations, notre capacité à agir avec souplesse et à se mouvoir avec légèreté et liberté.

Musée des beaux arts de Dijon (Côte d'Or, France). François de Dijon, Common Wikimedia

 

 

 

Homo Stressus.

La société moderne et le mode de vie occidental sont marqués par un stress omniprésent et réel (chômage, compétition, violence…) mais aussi virtuel (matérialisme, paraître) apportant son lot de tensions que nous accumulons. Pour ne rien arranger, dans ce monde de confort, on se bouge de moins en moins. La musculature de notre dos s’affaiblit, nos jambes perdent leur force, notre bassin manque de souplesse… Avec tout ces manques, notre corps compense ces faiblesses, la posture se déséquilibre et les tensions apparaissent. Un corps avec des muscles rigides et tendus, c’est un corps où la colonne vertébrale se déforme, où les organes sont coincés et comprimés. Un corps avec des muscles rigides et tendus, c’est un corps dans lequel les liquides circulent moins bien et par conséquent où on observera une moins bonne digestion, une moins bonne détoxication, un système immunitaire plus lent (sang, ganglions), un système nerveux moins performant (coincé) et un cerveau mal alimenté. L’équilibre général du corps nécessite plus d’énergie pour moins d’efficacité.

  

L’eau qui coule

La vie c’est le mouvement et se bouger est essentiel ! Occupez-vous de votre véhicule ! Il faut remettre la machine en route, détendre les muscles, accélérer la circulation de l’énergie pour mieux nourrir et nettoyer votre corps, libérer vos émotions enfouies et tenaces (tensions), raffermir vos muscles primaires du maintien de la posture naturelle, débloquer votre respiration, sentir votre corps, retrouver vos sensations oubliées, retrouver la mobilité et la liberté de se mouvoir. 

Photo Thomas Bresson Common Wikimedia

 

 

Du temps pour soi.

Nous vous invitons à prendre du temps pour vous. Chacun a le droit de s’aimer et de s’accorder du temps pour soi. Pour un temps, laissez les autres se débrouiller tout seul et pensez à vous ne serait-ce que 10 minutes dans la journée. Un temps 100% présent où l’on reprend contact avec son corps.

Allez à votre rythme. Pour 5 minutes ou 1 heure, privilégiez la qualité plutôt que la quantité. Pratiquez doucement et tranquillement plutôt que vite et en tension. Soyez régulier dans votre pratique mais autorisez-vous du repos en cas de fatigue (respectez votre corps).

 

L’art de la beauté.

Certains diront que le Qi Gong, ce n’est pas du sport, c’est nul ! C’est qu’ils n’ont jamais essayé. Le but n’est pas la performance. Le but c’est de trouver le juste tonus avec la juste posture. Il s’agit de mobiliser les muscles tout en évitant au maximum toutes tensions qui nuiraient à la circulation de l’énergie (sang, lymphe…). Ainsi, même immobile, le corps travaille énergiquement et activement. Au début, vous aurez chaud, les épaules et/ou le dos feront mal, la respiration sera courte et irrégulière.

 

N’ayez pas peur du ridicule. L’important n’est pas de respecter et faire la copie conforme des gestes de grands maîtres. L’important c’est de réaliser la forme ou les mouvements dans le calme et la détente tout en respirant calmement et par le ventre. Soyez créatif et votre propre maître. Découvrez les mouvements qui vous correspondent ! Laissez la place à votre intuition. Cherchez la fluidité et la spontanéité tout en respectant les possibilités et les limites de votre propre corps. Inutile donc de vouloir faire comme le grand maître qui pratique depuis 50 ans. Il faut voir ces activités corporelles comme un art. La beauté du mouvement, voilà ce qui compte. Cherchez la beauté du mouvement, la grâce et vous trouverez l’efficacité. Pour cela, il y a toute la vie.

 

L’homme qui pratique le Kung Fu est un homme qui s’accomplit et s’épanouit par la pratique d’un art ! Le Tai Chi peut-être Kung Fu. La peinture et la danse peuvent aussi être Kung Fu !