L'art du Jin Shin Jyutsu



 

 

Le Jin Shin Jyutsu est un art japonais millénaire qui était transmis oralement de génération en génération et qui a failli disparaître. Dans les années 1900, un maître japonais, Jirô Murai (1886-1961), redécouvrit cette pratique et ces trésors anciens en cherchant à se guérir d’une grave maladie. Guéri et reconnaissant, il dédia sa vie à l’étude de cet art, à consigner ses expériences personnelles et à étudier le Kojiki japonais (Recueil des Choses Anciennes datant de 712).

Source : Kojiki, Japon an 712, Common Wikimedia


 

Vers 1940, il rencontra Mary Burmeister (1918-2008) qui devint son élève durant 12 années et jusqu’à la mort du maître. Elle consacra sa vie à la pratique et la transmission de cet art. Elle retourna aux USA au milieu des années cinquante puis commença à enseigner quelques années plus tard. Aujourd’hui et dans le monde entier, des milliers de personnes pratiquent cet art que l’on appelle « l’Art du Créateur à travers l’Homme de Compassion ». Le maître Jirô Murai souhaitait que le Jin Shin Jyutsu, cadeau du Japon, soit accessible à tout le monde.

 


Les 26 "verrous de sauvegarde",
Jin Shin Jyutsu de Mary Burmeister et Tom Monte.

Le Jin Shin Jyutsu décrit des principes de base comme les 26 « verrous » et les 6 « profondeurs ». Le corps humain est parcouru par notre circuit énergétique sur lequel on trouve des « verrous » qui peuvent se bloquer. L’énergie ne circule plus et le blocage peut créer des dysfonctionnements locaux voire un déséquilibre global. La pratique du Jin Shin Jyutsu consiste à débloquer (déverrouiller) ces verrous simplement avec les mains. Les « profondeurs » correspondent à des fonctions physiques, mentales et émotionnelles qui sont liées. Il y a 6 profondeurs qui correspondent aux 5 doigts et à la paume de la main. Pour traiter les symptômes qui s’y rapportent, il suffit de tenir à pleine main le doigt concerné.


 

Cette pratique qui est aussi une philosophie et une médecine alternative peut aider à maintenir ou rétablir l’équilibre physique et mental du corps tout en soignant les troubles physiques et psychologiques. Le Jin Shin Jyutsu équilibre le système énergétique de notre corps. Il favorise donc la santé et le bien-être en libérant notre énergie profonde et personnelle d’auto-guérison. C’est également un outil complémentaire remarquable de relaxation et de gestion du stress. On peut le comparer à la Médecine Traditionnelle Chinoise (acupuncture) qui permet d’harmoniser l’énergie vitale qui circule dans le corps.

 

Mary Burmeister considérait le JSJ comme un « Art cosmique sans artifice », une création habile et non pas comme une simple technique que l’on applique mécaniquement. L’Art du Jin Shin Jyutsu se pratique avec l’esprit pur et ouvert afin « d’être l’art » lui-même.

 

En 2011, le « Markey Cancer Center » de l’Université du Kentucky a proposé à ses patients volontaires de tester cette ancienne forme de thérapie par le toucher qu’est le Jin Shin Jyutsu. Les 159 patients qui ont été pris en charge par Jennifer Bradley, une praticienne en JJS, ont tous rapporté des bienfaits à l’occasion de ces thérapies dont notamment une baisse du stress, une atténuation des douleurs et des nausées (www.reveal.uky.edu/jsj).

 

La technique Jin Shin Jyutsu utilise donc les mains (ou l’index et le majeur ensemble pour les « verrous »). On peut la pratiquer sur soi ou sur quelqu’un d’autre même à travers les vêtements. La seule exigence est de percevoir la sagesse de notre corps pour apprendre à interpréter ses messages et alors rétablir l’équilibre.

 

Dans le même esprit, vous pouvez lire l'article sur "l'acupression et la digipuncture" ou sur "les points gâchettes" de la rubrique "Se Soigner".

 

Sources : Jin Shin Jyutsu de Mary Burmeister et Tom Monte et divers sites Web.

N'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

 

Commentaires : 0