Le syndrome de l'imposture


« L’estime exagérée portée au travail de ma vie me rend facilement malade. Je me sens obligé de penser que je suis un escroc involontaire » Einstein, confidence à la Reine Elisabeth de Belgique en 1955.

Le complexe de l'imposteur

Vous aussi, êtes-vous atteint du syndrome de l’imposteur ? Sans doute n’en connaissiez-vous pas le nom, pourtant il est assez commun. On peut décrire le syndrome de l’imposteur comme un doute maladif qui consisterait à rejeter ou nier toute réussite ou accomplissement personnels. Il n’est en aucun cas de la modestie ! En clair, votre réussite est due à la chance ou à n’importe quel autre facteur extérieur mais en aucun cas grâce à vous ou vos compétences. N’importe qui peut être atteint de ce syndrome, quelle que soit la classe social ou l’activité professionnelle. Il peut être seulement passager ou alors permanent.

www.devenir-zen.fr
boutique tokyo Japon, Common Wikimedia

 

Une personne atteinte de ce complexe de l’imposteur pense systématiquement que son succès n'est en rien lié à sa personne. En effet, elle est convaincue que sa réussite ne résulte pas de ses compétences, de son travail ou mérite… mais plutôt d’éléments extérieurs comme la chance, les relations, le charisme, des circonstances exceptionnelles ou un bon timing. Cette personne ne considère donc pas sa réussite comme légitime et méritée. Elle se sent indigne. C’est pourquoi, bien souvent, elle se perçoit comme un imposteur, un charlatan, un menteur qui trompe le monde et dupe ses collègues, ses amis, ses supérieurs… Elle craint qu’un jour ou l’autre elle finisse par être démasquée ! Elle a peur de devoir s’exposer en public avec le risque de se dévoiler.

Le syndrome de l'imposture
Le complexe de l'imposteur, Migros magazine

« Je ne me sens pas à ma place et si j’y suis c’est par hasard ou par miracle ! Je ne suis pas à la hauteur et je le cache. Je suis un imposteur, tout cela est bidon et bientôt les autres découvriront mon incompétence et qui je suis vraiment ! »       « Tout le monde me voit comme un cygne alors que je ne suis qu’un vilain petit canard ! »


La peur d'être démasqué

 

Afin de ne pas être démasqué, l’imposteur peut investir une grande quantité d’énergie face à une tâche à accomplir voire se sur-préparer (overdoing). Ainsi la réussite sera attribuée au travail exceptionnel fourni plutôt qu’à ses propres compétences. Ou alors, il s’investit peu voire remet au lendemain (underdoing) préparant ainsi son échec prévisible ou permettant alors d’attribuer son succès à la chance. Ces deux stratégies entretiennent et renforcent le syndrome.

 

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment d’illégitimité et il serait donc la manifestation d’une faible estime de soi. L’importance que l’on accorde au regard des autres serait aussi à l’origine de l’anxiété sociale vécue lors du syndrome. A noter qu’il y a ceux qui souffrent du syndrome de l’imposteur et d’un manque de confiance en soi mais qu’il y a aussi des vrais imposteurs/manipulateurs dont nous ne parlerons pas. Eux, c’est peut-être la culpabilité qui les ronge et encore pas toujours. Il y a de vrais imposteurs sans états d’âmes.

 

Découverte du syndrome de l'imposteur

Ce sont deux femmes, deux professeurs de Psychologie (Georgie, USA), Pauline Rose Clance et Suzanne Imes, qui sont à l’origine de la mise en lumière en 1978 du syndrome de l’imposteur. Elles considéraient d’ailleurs que 60 à 70% d’entre nous douteront un jour ou l’autre de la réalité ou légitimité de leurs succès. Ces pensées négatives (fantasme masochiste) peuvent devenir invalidantes ou carrément polluer notre existence. Ce complexe de l’imposteur pourrait également trouver sa source dans une peur inconsciente de la réussite qui entraînerait un comportement de « fuite » et qui empêcherait alors de développer pleinement notre potentiel. Il s’agit donc d’un véritable gâchis de potentiels humains. Ce syndrome était particulièrement observé chez les femmes « brillantes, qui ont réussi », les autodidactes (aussi appelé syndrome de l’autodidacte), les enfants et adultes « surdoués » ou les personnes ayant bénéficié d’un passe-droit (discrimination positive, piston, recommandation). Un enfant surdoué peut être rassuré et fier de savoir qu’il est intelligent. Mais lorsqu’il connaît la réussite, il risque aussi de croire qu’il a des facilités et qu’il ne la mérite pas (par rapport aux autres).

Le syndrome de l'imposture
Pauline Rose Clance, www.paulineroseclance.com

Dans un article (Psychotherapy : Research and Practice) paru en 1978, Pauline Rose et Suzanne décrivaient la fâcheuse tendance des femmes brillantes à se saborder dans des moments clés de leur évolution par manque de confiance en soi au lieu de parier sur leurs réussites futures. Et lorsqu’elles réussissaient, elles ne pensaient pas que cela pouvait venir de leur intelligence ou qu’elles étaient responsables de leur succès. Des études postérieures ont montré que les hommes aussi peuvent souffrir de ce syndrome de l’imposteur. Toutefois, la réaction peut être différente : une femme qui se sent imposteur aura tendance à se surinvestir pour pallier au manque présumé alors que l’homme adoptera plutôt un comportement de fuite et évitera toute situation susceptible de dévoiler ses faiblesses.

Le syndrome de l'imposture
Suzanne Imes

 

A noter que la plupart des gens talentueux connaissent à un moment ou un autre la sensation d’être un imposteur. Et plus nous connaissons le succès et la réussite, plus notre manque d’estime de soi nous donnera le vertige. Le syndrome de l’imposteur peut donc freiner voire bloquer notre ascension sociale et professionnelle car plus on réussit, plus on risque de souffrir de ce sentiment d’imposture. Ce sentiment d’illégitimité ne concerne pas uniquement le monde professionnel mais il peut également empêcher d’aller vers les autres, de s’affirmer ou de s’exprimer en public… Dans sa forme sévère, le syndrome de l’imposteur, même si à ce jour il n’est pas considéré comme une maladie, peut conduire à de l’anxiété généralisée ou de la dépression.

 

Il est admis que le syndrome de l’imposteur apparaît plus particulièrement dans les moments où nous devons faire nos preuves ou lors d’une période de transition (études supérieures, promotion, mariage, naissance d’un enfant…). Ce sont des moments où nous devons prouver notre légitimité.

 

Qui est plus particulièrement susceptible de vivre le syndrome de l’imposteur ? Dans les années 70, l’étude conduite par Pauline Rose et Suzanne portait surtout sur les femmes. A cette époque, elles devaient se battre pour trouver une certaine légitimité dans un monde professionnel macho et elles assumaient difficilement leurs réussites. Dans le monde professionnel, les hommes et les femmes peuvent souffrir de ce syndrome. Toutefois, on peut considérer que les femmes sont peut-être plus sensibles car moins soutenues. Ce complexe frapperait d’ailleurs jusqu’à 70% des gens à un moment donné de leur vie. Il semblerait que les personnes « douées » ou autodidactes seraient plus vulnérables. Imaginez un homme autodidacte qui parvient à un poste de direction et se retrouve entouré de jeunes collaborateurs provenant de grandes écoles. Imaginez une femme noire qui se retrouve dans une équipe exclusivement masculine et blanche.

 

 

Le contexte culturel et familial a aussi son importance. Une personne qui accède à un statut social et professionnel considéré comme élevé peut avoir l’impression que cela ne colle pas avec son milieu d’origine (famille modeste, monde ouvrier). Cela peut aussi être une femme qui a vécu dans une famille ou seuls les hommes étaient valorisés. Quelles que soient les raisons, le complexe d’imposture risque de provoquer des décisions dommageables pouvant conduire à une démission, un burnout, un échec, un divorce…

 


Identifier le syndrome de l'imposteur

 

Quelques pistes pour identifier le syndrome d’imposture :

  • vous pensez que vos réussites sont dues essentiellement à beaucoup de chance.
  • vous acceptez difficilement les compliments et les éloges.
  • vous reniez ou avez l’impression de ne pas mériter le succès. Vous ne vous sentez pas à la hauteur des compétences que l’on vous reconnaît.
  • vous doutez de vos compétences lorsqu'on vous propose de nouvelles responsabilités ou lorsqu'on vous propose de diriger une équipe.
  • vous remettez à plus tard des décisions importantes car vous avez peur d’être démasqué et que l’on se rende compte que vous n’êtes pas à la hauteur.
  • vous prenez la fuite ou vous vous esquivez lors de moments importants où vous devez montrer vos compétences.
  • vous travaillez de façon excessive sans que cela soit vraiment nécessaire ou alors vous vous fixez des objectifs élevés.
  • Vous enchainez les formations et études diverses dans le but de vous persuader d’être enfin compétent.

 

Pauline Rose Clance a également développé un test appelé « échelle de Clance » qui permet de définir si une personne souffre ou non du syndrome de l’imposteur, de mesurer le sentiment d’imposture et déterminer à quel point il affecte sa vie.

Télécharger
Echelle de Clance - Syndrome de l'imposture
Complexe de l'imposteur
Echelle-de-Clance-du-Phénomène-de-l-Impo
Document Adobe Acrobat 350.2 KB

Gagner en confiance, se sentir légitime

 

Voici quelques pistes pour gagner de la confiance en soi et se sentir plus légitime :

 

  • prenez conscience de l’existence du syndrome de l’imposteur. C'est déjà un pas important. Devenez conscient de vos pensées dévalorisantes et automatiques, ne leur donner plus raison et désamorcez ainsi le conditionnement. Si c’est difficile, pratiquez la pensée positive, contestez et inversez vos pensées négatives.
  • ne considérez pas votre sentiment d’imposture comme ridicule ou à devoir cacher. Quand on en parle autour de soi, on comprend qu’il est aussi souvent  vécu par les autres. Vous n'êtes pas seul. Vous avez vos propres perceptions mais faites les valider par votre entourage afin d’être plus objectif.
  • lors de vos réussites, apprenez à identifier les raisons propres qui ont conduit à ces succès.
  • prenez garde à la petite voix intérieure qui vous dénigre automatique, qui cherche à vous rabaisser et à laquelle vous donnez toujours raison.
  • acceptez que l’on vous félicite, que l’on vous aime, que l’on vous remercie, que l’on croit en vous.
  • fixez-vous des petits objectifs au quotidien et prenez conscience des efforts fournis et que vous en êtes capable.
  • acceptez d’être imparfait et luttez contre le sentiment d’inaptitude.
  • trouvez l’approbation en vous et ne cherchez plus la reconnaissance à l’extérieur. Soyez gentil et indulgent envers vous-même.
  • ne cherchez pas à vaincre à tout prix ce syndrome car c’est lui donner plus de force. Au contraire, laissez le parler (dans votre tête) mais ne le laissez pas entraver votre vie. 

 

D’après un dernier article de Pauline Rose (avec Joe Langford) en 1993, elle affirme que la raison première de ce syndrome de l’imposture est sans doute le désir obsessionnel de chaque individu d’obtenir l’approbation des autres (que l’on ne trouve pas en soi !). La confiance en soi et la reconnaissance de ses propres forces et compétences sont indispensables pour ne pas souffrir face aux succès des autres, plus riches, plus courageux… et ne voir que cela. Car tout ce qu’on ne valorise pas soi-même, on le projette sur les autres. Cherchez donc votre propre approbation (intérieure) et désintéressez-vous du regard des autres.

 

« Le complexe d’imposture nous apprend combien la reconnaissance extérieure peut s’avérer sans valeur aucune, lorsque l’on ne se reconnaît pas soi-même » (quebec.Huffingtonpost.ca/marie-sylvie-dionne)

 

Pour finir, notons que le complexe d’imposture voire d’infériorité semble un phénomène assez français (et québécois). Nous éprouvons de la honte et croyons les autres meilleurs que nous. Nous ne nous sentons pas à la hauteur et notre manque de confiance nous empêche de voir notre vrai potentiel. Et lorsque nous connaissons des succès, nous faisons profil bas au lieu de le crier et de le fêter.

 

Vous pourrez lire également :
"Le Moi idéalisé, ce tyran" ou "Culpabilité et perfectionnisme" de la rubrique "Enquête de Soi".

Sources :

www.fr.wikipedia.org

www.daredo.net

www.mademoiselle.com

www.madame.lefigaro.fr

www.quebec.huffingtonpost.ca

www.paulineroseclance

www.motherboard.vice.com

www.eveprogramme.com

www.douleur-emotion.com

Le complexe de l'imposteur
Masques de danse Koréen, Common Wikimedia

N'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

 

Commentaires : 0