5- Les 4 phrases du mantra de purification


Le mantra

 

Ce mantra est l’outil le plus courant qui permet de lancer le processus de nettoyage de nos mémoires erronées et perturbatrices.

 

« Désolé », je ne savais pas qu’il y avait en moi cette mémoire qui a créé ce problème et cela me rend triste. On reconnaît le conflit. « Pardon » à la Vie et à moi-même. « Pardon » car je prends ma part de responsabilité et je souhaite réparer.

 

Dire « désolé, pardon » ne signifie pas être coupable. Il s’agit plutôt d’une demande d’excuse pour l’évènement disharmonieux produit par nos pensées. Nous ne savions pas que nous avions cette mémoire négative et nous n’avons pas fait exprès de créer ce problème. Demander le « pardon » est également libératoire et permet de couper le lien avec ces mémoires. Avec humilité, nous nous adressons à Dieu (l’Univers…) pour demander pardon d’avoir eu ces pensées et d’avoir créé cette situation désagréable. Dans tout conflit, nous avons toujours une responsabilité, aussi minime soit-elle.

 

« Merci » de m’avoir indiqué le problème que je portais en moi sans le savoir. « Je t’aime » ou plutôt je vous aime tous (moi, les autres, la Vie, mes mémoires…).

 

Dire « merci, je t’aime », deux mots magiques, permet d’exprimer sa gratitude à Dieu (l’Univers). « Merci » pour cet évènement auquel nous devons faire face, qui est la manifestation de nos mémoires erronées et qui nous permet de prendre conscience du nettoyage à réaliser. « Merci » d’avoir réveillé en moi cette mémoire qui me limite et qui va me permettre de croître. Le « pardon » ouvre le cœur et le « je t’aime » permet à la lumière (divine) d’y entrer. Dire « je t’aime » libère le meilleur de nous. Les mémoires négatives ne sont pas détruites mais transmuter par la lumière. Le « je t’aime » nous envoie une énergie d’Amour ainsi qu’à Dieu (ou l’Univers). On pourrait aussi bien dire « je m’aime ». Faire preuve d’un égoïsme sain est profitable à l’altruisme.

 

C’est cette transmutation par la lumière qui va apporter la paix intérieure. Le vide qui se forme alors va permettre d’accueillir l’inspiration (venant de notre partie divine). Ainsi face à un problème, dire « pardon » et « je t’aime » transmute cette énergie (mémoire) négative qui a créée et est à l’origine du problème. Un mieux-être est ressenti et une place est libérée pour accueillir l’inspiration divine. Cette inspiration divine peut nous apporter une solution au problème. Vivre cela, c’est prendre conscience qu’il n’y a pas de séparation et que nous faisons un avec notre environnement. Accepter cette évidence et assumer toutes les conséquences de nos pensées apporte la liberté et le sentiment de pouvoir tout faire de sa vie.

 

Vivre ce processus de transformation et de nettoyage

rawpixel, Pixabay
rawpixel, Pixabay

 

Le problème n’est pas la réalité à l’extérieur de soi, il est à l’intérieur. Et pour changer cette réalité, nous devons nous changer nous-même. Krishnamurti.

 

Vivre ce processus implique de reconnaître que l’origine des troubles dans notre vie vient de nous-même et uniquement de nous-même ! Pour cela, il faut déjà apprendre à nous voir comme la source du problème. D’autant plus que cela est la voie la plus facile. Nous sommes les créateurs de notre réalité. Reconnaître cela peut nous donner le vertige et nous faire peur. Pas facile à accepter lorsque dès l’enfance, nous sommes habitués à être assistés et pris en charge par les autres ou les institutions. Nous nous laissons conduire. Pourtant, notre pouvoir est illimité ! Reconnaître cela c’est reconnaître notre pouvoir créateur, notre capacité à pouvoir changer les choses et abandonner ce rôle de victime auquel on est souvent attaché.

 

Vivre ce processus implique également de savoir passer le relais et d’arriver à confier notre vie à notre être supérieur (notre âme). Il sait mieux que notre mental ce qui est bon pour nous ou ce qu’il convient de faire. Il s’agit d’un tournant à 180°. Nous arrêtons de nous laisser guider par nos mémoires erronées et répétitives (peurs, jugements, croyances…) pour nous laisser guider désormais par notre être supérieur (notre âme) en contact avec notre partie divine.

 

Dernière étape pour vivre ce processus pleinement et sans doute la plus difficile, c’est de laisser faire et attendre. Il s’agit de mettre notre rationalité un peu de côté ! Il n’est pas nécessaire de savoir quelle mémoire est erronée pour que le nettoyage se fasse. Au contraire, il faut prendre de la distance et simplement souhaiter le mieux pour nous ou les autres. Nous avons pourtant tellement l’habitude de vouloir tout contrôler, tout comprendre et tout expliquer. Une fois après avoir accepté de confier le nettoyage de nos mémoires à Dieu (ou l’Univers), il n’y a plus rien à faire. Il faut apprendre à faire confiance à la Vie et être sûr que la meilleure solution nous sera apportée. Il faut être sans attente tout en restant attentif à la solution (l’inspiration) qui peut survenir. Même si ce n’est pas toujours celle qu’on espérait car des surprises sont toujours possibles. Il faut arrêter de s’accrocher et laisser faire les choses pour donner la permission que les choses se fassent d’elle-même ! Plus on pratique Ho'oponopono, plus on arrive à lâcher-prise.

 

Laisser venir l’inspiration

 

Pour trouver l’harmonie, il n’est pas utile d’atteindre la perfection mais l’unité. Jung.

 

Souvent l’inspiration arrive de façon inattendue lorsque nous sommes sans attente. C’est souvent quand nous arrêtons de chercher que la solution arrive ou apparaît. C’est dans le vide de l’esprit que l’inspiration va pouvoir se manifester et nous guider vers des situations positives et constructives. Dans l’Antiquité on considérait que l’inspiration des artistes était une émanation de l’Esprit de Dieu (ou de l’Univers).

rjmcsorley, Common Wikimedia
rjmcsorley, Common Wikimedia

 

Effectivement, le mot inspiration vient du latin « in spiritum » qui signifie « l’Esprit en Soi ». Ce ne serait donc pas quelque chose qui nous arrive à travers la réflexion. A l’opposé, l’intention qui vient du mot latin « intentio » signifie « action de diriger ». L’intention est donc une manifestation de la volonté qui est dirigée par le mental (et donc aussi nos mémoires). Faire appel à la volonté c’est donner tout pouvoir à notre mental et puiser dans nos mémoires qui appartiennent au passé. Alors que trouver l’inspiration, c’est obtenir une information neuve et limpide dont personne n’avait pensé auparavant. On a souvent confiance dans nos inspirations et on les sent justes. Elles nous apportent la paix intérieure et on les réalise alors sans réfléchir. Il n’y a pas besoin de preuve car on sait intuitivement que cette voix intérieure est celle de notre être supérieur (notre âme) qui nous parle.

 

Un état de bien-être général nous conforte dans l’idée que nous sommes sur la bonne voie, que nous lâchons nos entraves (vieux schémas, mémoires erronées…) et que nous gagnons en liberté. Notre être intérieur se sent plus libre et heureux. Notre intérieur et notre extérieur ne font plus qu’un.

 

Sources :

Les livres

-Ho'oponopono, le secret des guérisseurs hawaïens de  Marie-Elisa Hurtado-Graciet et Dr Luc Bodin

-Ho'oponopono, la paix commence à partir de vous. Josaya.

ainsi que divers sites internet.

N'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

 

Commentaires: 0