Féminin sacré, l'avenir de l'Homme


 

A partir du moment où les hommes ont décidé que Dieu ne pouvait être que masculin, la femme n’était plus considérée comme son égale. Ces hommes-là faisaient preuve d’une masculinité dévoyée et motivée par la quête de pouvoir et de contrôle. Depuis des siècles, la féminité et donc l’énergie féminine est rabaissée, humiliée, bafouée, désavouée, maltraitée, reniée voire même diabolisée par certains hommes qui vivent une masculinité fausse et détournée. Les religions misent en place essentiellement par ces hommes avaient pour but, entre autres, d’asseoir leur pouvoir et le contrôle sur les femmes.

 

Pourtant, à l’origine et avant l’apparition de nos dieux masculins, les hommes vénéraient notamment la Déesse Mère, symbole du Féminin sacré et de l’énergie féminine qui donne la Vie. Ils célébraient la Terre, la fertilité et la fécondité. On considérait le mâle (masculin) comme nécessaire à la procréation mais son culte restait secondaire. Il existe bien une déesse Mère chez les chrétiens qui est la Vierge Marie. Mais certains hommes ont vite fait comprendre que sans l’intervention de Dieu (masculin), elle n’aurait pas pu donner naissance à Jésus (immaculée conception) sans être « souillée » par le péché originel. A noter que « l’Immaculée conception » est un dogme catholique qui date seulement de 1854. Le culte d’Isis, déesse de l’Egypte antique, s’est poursuivi jusqu’au 6ème siècle et est aujourd’hui réintroduit dans les cultes de certains mouvements. Comme la Vierge Marie, Isis est souvent représentée avec un enfant dans les bras.

Vénus de Willendorf, datant de 25000ans env.

Déesse Vénus Féminin sacré

Cette fausse masculinité basée sur la force, la domination et le contrôle est désormais notre modèle contemporain même si certains hommes tentent de vivre une vraie masculinité. La femme, de son côté, étouffe. Elle lutte inexorablement pour trouver sa juste place et retrouver sa féminité sacrée. Certaines femmes cultivent même cette fausse masculinité (force, violence, vulgarité…) en cherchant à regagner du pouvoir et devenir ainsi un sexe « fort ». Mais retrouver sa vraie Féminité sacrée, ce n’est pas cela.

 

Naître dans un pays plutôt qu’un autre peut grandement affecter la liberté de la femme à s’exprimer telle qu’elle est. Selon le pays, la culture, la religion, la mode ou l’époque, la femme peut être adulée ou rejetée. Elle peut se montrer ou doit se cacher. Elle doit s’exprimer ou se taire (voire ne pas exister). Elle se doit de plaire ou au contraire bannir toute sensualité. Elle doit être hyper sexualisée ou au contraire asexuée. De plus, naître aujourd’hui dans un pays occidental ne veut pas pour autant dire qu’elle y trouvera plus facilement sa place. En effet, la mère de famille peut se sentir autant coupable de travailler que ne pas travailler et rester à la maison. Elle est autant dénigrée si elle se montre attirante sexuellement que si elle ne l’est pas. Si elle est belle, elle sera montrée du doigt autant que si elle ne l’est pas… En clair, la femme vivrait donc un malaise permanent.

 

Barbie Féminin sacré

Voici un extrait d’un essai de Virginie Despentes, King Kong Théorie qui donne le ton : « La féminité, c'est de la putasserie (agir comme une prostituée, aguicher, chercher à plaire). (...) Entrer dans une pièce,  regarder s'il y a des hommes, vouloir leur plaire. Ne pas parler trop fort. Ne pas s'exprimer sur un ton catégorique. Ne pas s'asseoir en écartant les jambes, pour être bien assise. Ne pas s'exprimer sur un ton autoritaire. Ne pas parler d'argent. Ne pas vouloir prendre le pouvoir. Ne pas vouloir occuper un poste d'autorité. Ne pas chercher le prestige. Ne pas rire trop fort. Ne pas être soi-même trop marrante. (...) Pendant ce temps, les hommes, en tout cas ceux de mon âge et plus, n'ont pas de corps. Pas d'âge, pas de corpulence. N'importe quel connard rougi à l'alcool, chauve à gros bide et look pourri, pourra se permettre des réflexions sur le physique des filles, des réflexions désagréables s'il ne les trouve pas assez pimpantes, ou des remarques dégueulasses s'il est mécontent de ne pas pouvoir les sauter. Ce sont les avantages de son sexe. »

 

Moulinex

 

La femme ressent donc un malaise souvent dès l’enfance et particulièrement à l’adolescence. Malaise qui pour certaines peut s’avérer être un réel traumatisme. Progressivement, elle peut s’en libérer plus ou moins facilement selon le contexte (pays, culture, religion). Sachant qu'elle devra faire face à la pression permanente extérieure exercée sur elle par les hommes (qui ne sont pas dans leur Masculin sacré), les femmes (qui ne sont pas dans leur Féminin sacrée) et la société en général.

 

 

 

Aujourd’hui, notre société encourage effectivement et vivement la femme à devenir ouvertement sexuelle :

Hypersexualisation et Féminin sacré

  • elle croit devoir devenir hyper sexualisée en suivant l’image omniprésente et stéréotypée de la femme donnée par les médias (publicité, presse, télévision, clips vidéo et musicaux, pornographie…). L’hyper sexualisation consiste à développer l’aspect sexuel ou utiliser le sexe (sexualisation) à des fins détournées de son objet initial. La sexualisation précoce des jeunes filles de 8-10 ans transforme par exemple ces enfants en petites femmes (montrant déjà fortement un comportement féminin). La surenchère de la nudité voire de la vulgarité signifie-t-elle réellement une libération pour la femme ? Le recours à la sexualité pour vendre un produit ou se vendre est-il le seul moyen de séduire ? L’homme dominateur et la femme soumise et séductrice est-il le seul modèle de sexualité ?
  • elle croit devoir devenir fortement sexuelle et plaire aux hommes pour avoir leur attention, être aimée et avoir du succès. On lui fait croire que seuls ces deux critères permettent d’accéder à un mari, un emploi ou au succès. Peu importe le reste. Dès le plus jeune âge, une compétition entre femmes (malsaine et nocive psychologiquement) s’enclenche pour obtenir ce fameux regard des hommes.

 

  • la société lui donne également l’illusion qu’être belle, jeune et sexy lui permettra d’être heureuse. Cette illusion est maintenue car elle fait vendre et consommer. Il en va de même pour les hommes. Celui qui a réussi et qui a du succès est entouré de belles femmes sexy et sensuelles. Curieusement, la femme est encouragée à devenir une  «bimbo» mais lorsqu’elle en devient une, on finit par la trouver ridicule, absurde, stupide et risible. Un autre exemple, lorsqu’elle se retrouve en couple ou mariée, elle n’a souvent plus droit à cette expression de sexualité ouverte ou d’hypersexualité. Son homme ne tolère plus cette attitude chez elle mais par contre, l’apprécie beaucoup chez les autres femmes… Difficile donc de trouver la juste place dans notre société. Difficile également pour elle de ne pas connaître frustration et malaise psychologique. La femme suffoque, souffre, en a marre de cette laisse... Difficile alors d’avoir une vie de couple sans nuage.
Hypersexualisation et Féminin sacré
Hypersexualisation et Féminin sacré

Source photo milieu : Kawaiyasuo,
Common Wikimedia

 


 

La conséquence directe de cet encouragement permanent à devenir ouvertement sexuelle est qu’elle influence  grandement la construction de l’estime de soi de la femme. Dès le plus jeune âge, inconsciemment et petit à petit, la femme base son estime d’elle-même sur le regard des hommes et notamment de savoir si elle est désirable ou non. Effectivement, aujourd’hui dans notre société, la femme est essentiellement et rapidement jugée sur le fait qu’elle soit attirante ou non. C’est pourquoi, la femme se cherche dans cette course débridée à obtenir l’attention et l’approbation des hommes. Elle finit par y perdre son identité et son estime de soi.

 

Une autre conséquence est la peur de vieillir, de ne plus être belle, attirante et d’être abandonnée. En effet, avec le temps, la femme devient dépendante du regard et de l’approbation des hommes. Elle se compare continuellement aux autres femmes. Obnubilée par son aspect physique (d’ailleurs encouragé par notre société), elle oublie sa propre valeur et néglige sa vie intérieure, ses besoins propres, ses propres désirs et aspirations.

 

Enfin, certaines femmes n’acceptent pas ce diktat. Le modèle attendu de la femme ne leur convient pas et elles refusent au final tout ce qui s’apparente à la séduction et la sexualité féminine. Elles peuvent d’ailleurs rejeter leur propre féminité mais aussi les femmes féminines ainsi que les hommes en général. Nourrissant un conflit interne, leurs vies deviennent un combat et une résistance journalière contre la soumission.

 

Source photo, Roonb, Common Wikimedia


La fausse féminité (ou féminité détournée)

 

La femme est une victime et elle souffre. Du moins tant qu’elle agit en fonction de « ce qui plaît », de ce que les hommes et la société veulent d’elle, de ce que lui dicte sa religion, sa culture ou son pays. Comment peut-elle accepter de définir sa féminité uniquement sur son aspect extérieur et sur ce que l’on attend d’elle ?


 

 

Voici un portrait qui décrit la fausse féminité (ou féminité détournée) avec ses côtés sombres.

 

La femme qui vit une fausse féminité…

 

  • pense que sa valeur ne réside que dans ce qui se voit à l’extérieur (aspect physique, argent, mode, succès, popularité…)
  • doit plaire en permanence pour exister
  • détermine sa valeur selon l’attirance sexuelle qu’elle exerce
  • a besoin du regard des hommes pour se sentir vivre et aimée
  • est dans la compétition perpétuelle avec les autres femmes (surtout pour avoir l’attention des hommes)
  • est prête à tout pour avoir l’attention d’un homme (et ainsi se sentir supérieure) quitte à devoir humilier d’autres femmes
  • pense qu’elle doit devenir comme les hommes pour se faire respecter
  • rejette toute féminité physique ou alors n’a plus qu’une féminité de façade (extérieure) souvent "too much" en confondant sensualité et vulgarité
  • se comporte comme un homme et recherche les rapports de force pour tenter de récupérer son pouvoir
  • pense qu’elle doit s’endurcir, gagner en force et résister comme un homme pour acquérir la paix intérieure
  • considère la sensibilité et l’altruisme comme une faiblesse de caractère
  • est contrôlée par son égo et ne pense qu’à elle-même ainsi qu’aux gratifications rapides qu’elle pourrait obtenir
  • ne se préoccupe pas de son impact (négatif) sur le monde en général et ne pense pas aux conséquences de ses actes sur ceux qui l’entourent
  • peut mettre ses valeurs et ses principes de côté lorsqu’il y a promesse de plus de succès ou d’attention
  • recherche la perfection du corps (celle véhiculée dans les médias) quitte à se maltraiter, se mentir à soi-même voire s’oublier, confond mode et identité
  • est attirée par les hommes qui vivent une fausse masculinité (force, pouvoir, contrôle…)
  • ne se respecte pas soi-même et donc attire des hommes qui ne la respectent pas non plus
  • se perd dans une quête de validation et d’approbation des autres car elle n’a pas compris qu’elle n'a besoin de personne pour s’aimer, s’estimer et se sentir complète
  • ne s’intéresse pas à la vie intérieure, au développement personnel ou à la spiritualité et elle finit d’ailleurs par rejeter la responsabilité de ses maux sur les autres et la société 

 

Beaucoup de femmes seraient donc prêtes à tout pour devenir riche, célèbre, obtenir la gloire et le succès. Quitte à passer pour une femme superficielle, stupide et inconsciente.

Le Féminin sacré, la vraie féminité

 

Lorsqu’une femme vit dans le Féminin sacré, alors elle connaît la liberté. Et sans cela, elle ne peut vivre pleinement heureuse et épanouie. Le Féminin sacrée lui apporte alors une puissance insoupçonnée et une énergie créatrice « divine ».

L’énergie Féminine c’est la Lumière, la Beauté et la Compassion infinie pour tout être vivant. Voilà la véritable essence féminine qui peut construire le monde de demain et transformer ce vieux modèle masculin et destructeur de notre société actuelle. Beaucoup de femmes l’ont compris et veulent sortir de ce schéma imposé qui n’honore pas la femme. Beaucoup d’hommes également, qui vivent dans leur Masculin sacré, qui n’ont plus hontes de leur sensibilité et qui veulent le bien, encouragent les femmes à exprimer leur véritable Féminité. Femmes ou hommes, nous avons tous en nous une part d’énergie masculine et féminine. Mais c’est particulièrement cette énergie féminine qui pourra nous aider à construire le monde « meilleur » de demain.

 

La femme qui vit dans le Féminin sacré…

  • a compris que sa propre valeur n’a rien à voir avec sa sexualité (mise en avant de la féminité) et le fait d’être attirante ou non
  • veut se libérer de cette obligation de devoir être désirable en permanence et l’être quand elle le souhaite
  • ne souhaite pas être en compétition avec les autres femmes mais plutôt les aider et les soutenir
  • prend la défense des femmes, partage ses vulnérabilités même si le regard des hommes est en jeu
  • est fière de ses qualités et ne les rejette pas pour devenir comme un homme, au contraire, elle les cultive
  • a compris que le pouvoir ne réside pas dans la force, la domination et la manipulation mais dans la paix intérieure, l’harmonie, la confiance, l’Amour et la liberté
  • a réalisé que l’énergie féminine donne le pouvoir de guérir et transformer les hommes et donc le Monde
  • a saisi l’impact qu’elle peut avoir sur le Monde et a pris conscience du rayonnement positif et lumineux qu’elle se doit d’émettre sur son entourage et le Monde
  • est appréciée pour ses valeurs justes et dignes, intègre elle rejette toute corruption 
  • aime son corps et celui-ci n’a pas besoin d’être regardé ou validé par les hommes pour qu’elle s’aime
  • est attirée par les hommes qui vivent dans leur Masculin sacré et considère son corps comme un temple sacré qu’elle n’ouvre qu’à ceux qui le mérite
  • n’est pas d’accord pour se rabaisser et accepter moins que ce qu’elle mérite
  • s’exprime comme elle est ou selon l’image qu’elle souhaite donner et non selon les modes ou les codes de la société
  • n’a besoin de personne dans l’absolu pour se sentir complète mais en quête d’harmonie, elle recherche à s’allier à l’énergie masculine pour vivre une union physique, émotionnelle et spirituelle puissante
  • a compris que avec les années elle vieillit mais que sa beauté continue à se manifester car elle est avant tout un rayonnement de cette énergie invisible et intérieure (beauté du cœur, amour, compassion et douceur)
  • accepte que son jeune corps se flétrisse avec le temps car son pouvoir ne diminue pas, au contraire elle se bonifie, gagne en sagesse et beauté intérieure pour continuer à inspirer le Monde.

 

 

 

 

L’énergie féminine, c’est la déesse mère qui incarne la compassion, la sensibilité, l’écoute, l’empathie, l’intelligence émotionnelle, la sensualité, la recherche de l’harmonie, la créativité, la capacité à soigner, guérir et s’occuper des autres. C’est par ces qualités uniques que l’Humanité pourra réellement évoluer et se libérer. « Toute âme qui s’élève, élève le monde (Gandhi).

 

Source : inspiration d’après un article du blog de Laura Marie,
 www.lauramarietv.com/pourquoi-chaque-femme-doit-seveiller-au-feminin-sacre/

Peinture William-Adolphe Bougereau (1880)
La jeune fille se défend contre Eros

William-Adolphe BOUGUENEAU

 

On entend souvent dire que c’est grâce à la proximité du soleil (Masculin, Yang) que la vie a été possible sur Terre. Et la Lune (Féminin, Yin), quant-à-elle, est considérée comme un satellite de moindre importance qui accompagne la terre. Il est finalement admis aujourd’hui que la Lune a une influence considérable sur la Terre. Sans elle, l’apparition et le développement de la vie sur terre auraient été bien différents et plus compliqués. En effet, elle stabilise l’axe de rotation de la terre (amplitude thermique limitée), elle réduit sa vitesse de rotation (jour de 24h et non 15), elle génère le cycle des marées et des végétaux, elle crée un mouvement de respiration de la terre (déformation) …

 

 

N'hésitez pas à lire notre article "Masculin sacrée, l'homme en quête de soi".

 

Cliquez sur l'image !

Barbie comparée à une américaine moyenne.


N'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

 

Commentaires : 0